4. Les OGM

Depuis l’antiquité et la découverte de l’agriculture, les hommes ont sélectionnés les plantes et animaux pour obtenir de meilleurs rendements ou un meilleur goût puis vers 1856 un moine nommé Gregor Mendel commence ses travaux sur le pois qui lui permettront de découvrir quelques années plus tard l’hybridation des végétaux (croisement entre espèce).

A l’heure actuelle presque l’ensemble des végétaux consommés par l’homme sont issue de l’hybridation, mais depuis la découverte de la génétique en laboratoire on ne se contente plus de croisés mais de modifier génétiquement les végétaux pour qu’ils produisent des molécules voulues. 


1. Définition

Les OGM ou organismes génétiquement modifiés (en agriculture) sont des végétaux dont on change une partie de son ADN par un morceau provenant d’un autre organisme (végétaux, bactérie, …).

 

2. Différents OGM

Le problème qui se pose c’est qu’il y a plusieurs types d’OGM qui sont :

- Les OGM auquel on va faire fabriquer un ou plusieurs antibiotiques lui permettant de résister aux champignons parasites, bactéries ou virus.

- Les OGM auquel on va faire fabriquer des insecticides ou pesticides lui permettant de résister aux insectes et autres nuisibles pour les cultures (exemple : coton).

Pour les deux évoqués au dessus, ils sont déjà considéré comme dangereux car il produise des molécules toxiques à fortes doses qui peuvent même contaminer le sol à long terme et peuvent détruire les insectes bénéfiques, si les aliments en produisent en plus cela rajoute aux doses que l’on ingèrent déjà actuellement par d’autres sources, elles peuvent même passer dans le sang à travers la peau si utilisées dans des vêtements (coton, ..).

On peut rajouter à cela l’ensemble des allergies et la destruction de la flore bactérienne de nos intestins par les antibiotiques ce qui entraine des problèmes intestinaux diverses.

- Les OGM auquel on va faire fabriquer une molécule qu’il fabrique déjà en plus grande quantité (exemple : l’Amylopectine dans les pommes de terre).

Il peut se posé quelques problèmes en fonction de la molécule que l’on veut faire fabriquer en excédent par la plante, si c’est une molécule à fort pouvoir allergénique (comme le gluten) cela peut déclencher des réactions allergiques en sommeil (déjà prouvé avec l’hybridation et la sélection de blé fabriquant plus de gluten).

- Les OGM dont on veut rajouter des bénéfices d’un autre végétal de la même famille pour lequel les techniques d’hybridation habituellement utilisées ne fonctionnent pas (exemple : pomme de terre Fortuna).

A part le problème de diversité qu’il se pose les derniers semblent aussi dangereux que l’hybridation quoi qu’on peut se poser des questions sur le faite de forcer les lois de la nature qui jusque là nous a montrer déjà les effets négatifs (pollution, molécules chimiques toxiques inexistantes à l’état naturel, …) quand on la fait.


3. Loi en Vigueur 

Seul 2 OGM ont été autorisés en culture en Europe, principalement cultivé en Espagne :

- Le Mais MON 810 de Monsento qui produit un insecticide nommé protéine Cry1Ab qui pourrait avoir des effets néfaste sur les abeilles et autres insectes bénéfiques avec une bioaccumulation (étudié sur le riz transgénique produisant la même protéine).

- La Pomme de terre Amflora de BASF à qui on a forcé à produire presque que de l’amylopectine utile pour faire de la fécule de pomme de terre (a été retiré de la vente par BASF en 2012).

En 2012, 46 OGM sont autorisés à l’importation, à la transformation et l’alimentation humaine et animale en Europe. Il s’agit essentiellement de maïs, soja et colza que l’on retrouve quasi-exclusivement dans l’alimentation animale. En France, environ 80% des animaux d’élevage reçoivent une alimentation à base d’OGM.

En France, la culture du MON810 a été suspendue le 11 janvier 2008 suite à l’activation par le gouvernement français de la « clause de sauvegarde » de la directive 2001/18. Mais en novembre 2011, le Conseil d’État s’est prononcé contre cette interdiction qu’il a jugée non pertinente d’un point de vue juridique, la clause de sauvegarde n’étant applicable qu'en cas de nocivité pour l’Homme ou pour l’environnement avérée, ce qui n’a pas été démontrée. Le gouvernement français, à l’issue de cette décision, a cependant annoncé qu’il mettrait tout en œuvre pour maintenir l’interdiction du maïs Bt MON810.


4. Conclusion

Les OGM étant plus résistant aux insectes et/ou maladie, il risque de prendre à long terme le dessus sur les autres espèces dites classiques en leur transmettant leur gène modifié lors de la pollinisation détruisant ainsi la biodiversité.

La biodiversité est indispensable dans la nature et pour l’homme, par exemple si il y avait eu qu’une seule espèce de Banane, elle aurait déjà disparue de nos étales à cause d’une maladie ayant atteint la plupart des Bananiers à une certaine époque mais grâce une autre race ancienne plus résistante, des croisements on pu être faits ce qui l’a sauvé.

Le problème qui se pose est de pouvoir choisir les OGM hors ça demanderait un savoir énorme et 5 heures pour faire les courses donc il serait préférable de bannir complètement les OGM (en France la mention « sans OGM » garantie moins de 0,1% d’OGM dans le produit) car pourrait détruire la nature et rendre certaines molécules toxiques à des doses de plus en plus importante pouvant entrainer certains effets néfastes (variables en fonction de la molécule) à terme et bien d’autres problèmes (comme le monopole des semis, appauvrissement des agriculteur, ..).

Il a été prouvé qu'il n'y avait pas de meilleurs rendements avec les OGM par rapport aux exploitations classiques voir par rapport au culture biologique.

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×