3. L'Aspartame

1. Histoire brève

Il fut découvert en 1965 par hasard et reçu une autorisation de mise sur le marché en 1974 qui fut suspendu en décembre 1975.

L’édulcorant est autorisé pour la première fois aux Etats-Unis en 1974 par la FDA mais des doutes sont vite émis sur les méthodes d’évaluation de Searle incitant la FDA à mener une enquête qui conclura à une manipulation des résultats (animaux autopsiés 1 an après la fin des tests, tumeurs malignes notées comme bénignes ou tout simplement éliminées etc.). La FDA engage des poursuites contre Searle pour manipulations de données mais celles-ci passent aux oubliettes car le procureur chargé de l’affaire démissionne et se fait embaucher par l’entreprise… Searle!

En 1980, après un second refus de mise sur le marché, le laboratoire Searle, inventeur de ce produit, soumettait de nouvelles études à la FDA (Food and Drug Administration). Sur 196 animaux soumis à l’aspartame, 96 moururent d’une tumeur cérébrale. Pourtant, sous les pressions politiques et grâce au commissaire Arthur Hayes, la FDA finit par autoriser quand même le produit en 1994, alors que près de 7000 plaintes avaient déjà été déposées pour effets indésirables liés à la consommation d’aspartame.

En 1981, Ronald Reagan récemment élu président des Etats-Unis nommera Arthur Hull Hayes à la tête de la FDA, qui autorisera l’utilisation de l’aspartame (dans les produits secs) ignorant les recommandations de plusieurs membres du comité d’évaluation. Signalons que deux ans plus tard suite à des soupçons de corruption A.H Hayes démissionnera et sera rapidement engagé par l’entreprise Searle juste après avoir autorisé l’utilisation de l’aspartame dans les boissons gazeuses.

l'aspartame est aussi la même année autorisé par un comité commun d'experts de l'OMS et de l'Organisation pour l'agriculture et la nourriture. La même année, le comité scientifique pour les aliments humains (CSAH / SCF en anglais) de la commission européenne approuve l'aspartame.

L'aspartame est autorisé en France en 1988 et est codé E951 dans la classification européenne des additifs alimentaires 

En 1994, son emploi en tant qu'édulcorant est harmonisé par l'Union européenne (directive 94/35/CE). L'aspartame est alors approuvé dans plus de 90 pays.

Alors que le Pentagone aurait répertorié l’aspartame dans l’inventaire des armes chimiques, plus de 4 200 produits alimentaires, boissons et même médicaments, se baladent en toute légalité dans 90 pays du monde. Même les pastilles Vichy vendues en pharmacie sont à l’aspartame et l’on a du mal à en obtenir au sucre naturel (jusqu’à épuisement des stocks ?).

En 1995, l'Union européenne établit les critères de pureté pour l'aspartame (directive 95/31/CE)

En 1996 Ralph G. Walton un médecin américain de l’université Northeastern de l’Ohio décide de comparer les résultats d’études financées par l’industrie agroalimentaires avec ceux d’études indépendantes (non financées par l’industrie). Parmi les 174 études analysées, 74 étaient financées par l’industrie de l’aspartame et 100 % d’entre elles assuraient la sécurité de cet édulcorant… A l’inverse, sur les 91 études indépendantes, 92 % ont relevé un ou plusieurs problèmes liés à l’usage de l’aspartame. A qui doit t'on faire confiance ?

En 2002, le comité scientifique de la Commission européenne confirme son avis sur l'innocuité de l'aspartame. La même année, l'Agence française de sécurité sanitaire(AFSSA) conclut dans un rapport : « La consommation d'aspartame chez l'homme, même dans des populations particulièrement exposées comme les enfants diabétiques, ne dépasse pas la dose journalière admissible (DJA), notamment en France ». Depuis l’utilisation a fortement augmenté et dépasse actuellement pour beaucoup de personnes les doses admissibles. (Qui ont été revue à la baisse récemment).

Certains journalistes soutiennent que la FDA a pris des décisions sous l'influence de Donald Rumsfeld (ancien PDG de Searle qui a été Secrétaire Général de la Maison Blanche avant d'être Ministre de la Défense sous Gerald Ford et George W Bush). Par ailleurs, en 1985, Monsanto fait l'acquisition de GD Searle et sépare Searle Pharmaceuticals et The NutraSweet Company en filiales distinctes. Selon le Chicago Tribune, cette transaction aurait rapporté 12 millions de dollars à D. Rumsfeld.

En 2013, L'EFSA a réévaluer l'aspartame et le considére comme sans danger pour l'homme en dessous de la DJA de 40mg/kg, mais à exclus de très nombreuses études montrant une toxicité (entre autre pour la femme enceinte)  et ne semble pas prendre en compte les effets à long therme, ni les autres expositions au formaldéhyde de plus en plus nombreuse (mélaminé, peinture,..). 

L'aspartame est l'édulcorant intense le plus fréquemment employé dans le monde, il est utilisé dans près de 5 000 produits à travers le monde (les gommes sans sucre, les boissons allégées et autres gâteaux du même type) et dans plus de 600 spécialités pharmaceutiques, dont plus de 2 000 vendues en Europe.

 

2. Composition

L’Aspartame est composé de 2 acides aminés l’acide L-Aspartique et l’éther méthylique de la L-phénylalanine. C’est un édulcorant avec un pouvoir sucrant 200 fois supérieurs au saccharose pour un même poids.

Dans le corps il est immédiatement hydrolysé pour donner de 50 % de Phénylalanine, 40 % d’acide L-aspartique 10 % de méthanol (alcool à brûler).

L’acide L-Aspartique est finalement dégradé pour donner du formaldéhyde, de l'acide formique et une dioxopipérazine. (Ce sont ces molécules qui posent des problèmes)

 

3. Effets sur le corps

Nous somme 5 fois plus sensibles à cette molécule que la plupart des animaux.

L’aspartame en lui-même ne résiste pas aux sucs gastriques et semble donc pas présenté de problème sous cette forme, ce sont les molécules qui en résulte qui pose problème qui sont : 

La Phénylalanine : acide aminé essentiel, seul des cas d’allergies et certaines maladies sont à craindre.

Le Méthanol : Molécule résultant de la dégradation de certain sucre contenue entre autre dans les fruits (néanmoin l'éthanol présent en plus grande quantité protège le corps), il est naturellement produit dans le corps humain en très faibles doses mais c’est une molécule toxique (en particulier pour le cerveau). Il est dégrader principalement en acide formique (acide méthanoïque E236): il est produit pas de nombreux insectes (abeille, fourmi, ..) et certaines plantes (orties) pour ce défendre, il est aussi utilisé dans de nombreux domaines (insecticides, alimentation, cosmétique), il est responsable à certaines doses d’acidose métabolique, d’encéphalopathie et d’atteinte des voie optiques. 

D’après d’édition 2011 se l’INRS sur l’acide formique, il n’y a pas de donnée sur l’effet cancérigène sur l’homme mais certain pense qu’il serait possible qu’il y est des effets cancérigènes sur le cerveau au vue de certains résultats de recherches.

L’acide L-aspartique : est dégradé en Formaldéhyde : Molécule considéré comme dangereuses que l’on retrouve dans trop de produits actuellement (alimentaire, colle, vaccin) ayant un effet cancérigène (cerveau surtout) et reprotoxique à forte dose.

Dicétopipérazines : une molécule qui pourrait former des nitrosamines (cancérigène).

L’Aspartame pourrait avoir des effets hyperneuroexitateur augmentant le risque de cancer du cerveau mais il y aurait aussi bien d’autres symptômes connues variables en fonctions des personnes surconsomateurs d’aspartame (tous le monde n’a pas le même seuil de sensibilités) qui sont :

Manque de concentration, crampes, fatigue chronique, insomnies, pertes de mémoire, saignements de nez, vertiges, forte sensibilité aux bruits, sensation d’avoir froid même en plein été, problèmes menstruels, impuissance, problèmes sexuels, hyper ventilation, attaques et convulsions, épilepsie, nausées, vomissements, hypo et hyperglycémies, baisse de l’intelligence, douleurs dans la poitrine, problèmes de thyroïde, tremblements, douleurs en avalant ou aussi en urinant, sensibilité aux infections, hypertension, asthme…

 

Mais aussi troubles de la personnalité comme : Soudaines crises d’agressivité parfois avec violences physiques, paranoïa, agoraphobie, phobies, paniques, sensations de « déjà vu », irritabilité, crises de démence, altération du caractère, difficulté de concentration, confusion, hyperactivité…

De plus, l’aspartame provoque des symptômes semblables aux maladies suivantes ou les aggrave : Fibromyalgie, arthrite, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, lupus, diabète et complications diabétiques, épilepsie, maladie d’Alzheimer, lymphome, malformations congénitales, syndrome de fatigue chronique.

 

4. Utilisation

Il est présent dans de nombreux produits lights (comme le chewing-gum, sucrette, boissons lights) mais aussi caché sous l’appellation E951.

 

5. Conclusion

Les doses maximales conseillées sont de 40mg/ kg par jours mais devrai être réduite à 10 mg/kg d'après de nombreuses études, beaucoup pense qu’il faut le bannir complètement de l’alimentation dû aux effets toxiques probables.

Leur mise sur le marché a plus qu’été suspecte, des études montres les toxicités diverses de l’aspartame mais l'Efsa conteste le résultat de ces études jugeant la méthodologie mauvaise et certaines tumeurs mal diagnostiquées. Mais l'agence sanitaire européenne est-elle vraiment objective ? Certains doutent de la neutralité des avis rendus par l'agence. C'est le cas du socialiste Marc Tarabella, député européen: "À l'Efsa, l'indépendance des scientifiques n'est pas avérée. La directrice a du démissionner récemment à cause de ses liens avec l'industrie agro-alimentaire". Et il l'affirme, de nombreux scientifiques seraient en outre issus d'un institut financé par l'industrie agro-alimentaire. 

L’agence FDA (Food Drogs Administration) retire du marché l’aspartame en 1975 mais après des pressions du directeurs (D. Rumsfeld) du laboratoire fabriquant ce produits, il a été remit sur le marché  bizarrement sans réel explications, ce même personnage finira sa carrières comme ministres.

Même si il est sans danger immédiat, il rajoute un traitement important pour le foie, déjà bien occuper avec tous les polluants actuels.

6. Conseil 

Il vaudrait mieux par précaution évité dans consommer au maximum, certain pense qu’il nous habituerait à des produits très sucrés en plus d’être toxique, le mieux serait de réduire la quantité de sucre consommé doucement, le gout finit par s’habitués plutôt que le remplacer par des édulcorants.

Il est fortement déconseillé de chauffer l'aspartame au dessus de 105°C (apparition importante de dicétopipérazine (soupsonné de conduire à des nitrosamine cancérigène) et au delà de 120°, il pert son pouvoir sucrant.

Les femmes enceintes doivent l'éviter au maximum car pourrait provoquer des enfants prématurés ou des fausses couches.

D'autre alternative sont peu ou pas toxique comme la thaumatine, ou le Stévia pour les régimes.

 

Lien diverse :

http://www.wikistrike.com/article-aspartame-vous-etes-en-danger-de-mort-116095927.html

http://www.rtbf.be/info/societe/detail_l-aspartame-un-edulcorant-vraiment-dangereux-pour-la-sante?id=7910866

http://aspartame.skyrock.com/2.html

http://dorway.com/aspartame-the-bad-news-repost/peer-reviewed-aspartame-studies/

http://www.hormesis-santeenvironnement.fr/histoireaspartame.html

Lien étude INRS sur l’acide formique :

http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=acide%20formique%20effet%20&source=web&cd=1&cad=rja&ved=0CC8QFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.inrs.fr%2Faccueil%2Fdms%2Finrs%2FFicheToxicologique%2FTI-FT-149%2Fft149.pdf&ei=EYgCUuWqE8Kn0QXqwoCABA&usg=AFQjCNFYLlqE0xDhPUn0wxQqGGMZeAksxQ&bvm=bv.50310824,d.d2k

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site